Histoire des campagnes de 1814 et de 1815: comprenant l'histoire politique et militaire des deux invasions de la France, de l'entreprise de Buonaparte au mois de mars, de la chute totale de sa puissance, de la double restauration du trône, et de tous les événemens dont la France a été le théâtre, jusqu'à la seconde paix de Paris, inclusivement, Volumen2

Portada
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 504 - année, le sénat et le corps législatif, noua » engageant à mettre sous leurs yeux le travail » que nous aurons fait avec une commission » choisie dans le sein de ces deux corps, et à » donner pour base à cette constitution les » garanties suivantes : » Le gouvernement représentatif sera main» tenu tel qu'il existe aujourd'hui, divisé en
Página 301 - il faut que la France soit grande et forte. » Qu'ils reconnoîtront et garantiront la constitution que la nation française se donnera. Ils invitent, par conséquent, le sénat à désigner sur-le-champ un gouvernement provisoire qui puisse pourvoir aux besoins de l'administration, et préparer la constitution qui conviendra au peuple français. » Les intentions que je viens d'exprimer me sont communes avec
Página 503 - de la précipitation avec laquelle il* » ont été rédigés, ils ne peuvent, dans leur » forme actuelle , devenir lois fondamentales » de l'Etat; » Résolu d'adopter une constitution libé» raie, voulant qu'elle soit sagement combi» née, et ne pouvant en accepter une qu'il est » indispensable de rectifier, nous convoquons » pour le 10 du mois de juin de la
Página 300 - renfermer de plus fortes garanties , lorsqu'il s'agissoit d'enchaîner l'ambition de Buonaparte, elles doivent être plus favorables , lorsque , par un retour vers un gouvernement sage , la France elle-même offrira l'assurance de ce repos. » Les souverains proclament en conséquence : » Qu'ils ne traiteront plus avec Napoléon
Página 334 - est en lui, et non dans le peuple de la » capitale. » Le soldat suit la fortune et l'infortune de » son général, son honneur et sa religion. » Le sénat s'est permis de disposer du gou» vernement français : il a oublié qu'il doit » à l'empereur le pouvoir dont il abuse
Página 526 - subsistent, et les chefs-d'œuvre des » arts nous appartiennent désormais par des » droits plus stables et plus sacrés que ceux » de la victoire. » Les routes de commerce , si long-temps » fermées , vont être libres. Le marché de la » France ne sera plus seul ouvert aux
Página 504 - tel qu'il existe aujourd'hui, divisé en » deux corps, savoir : » Le sénat et la chambre composée des » députés des départemens. » L'impôt sera librement consenti. » La liberté publique et individuelle as» surée. » La liberté de la presse respectée, sauf » les précautions nécessaires à la tranquillité » publique. » La liberté des cultes garantie. , » Les propriétés seront inviolables et
Página 334 - que c'est lui qui a sauvé une partie » de ses membres de l'orage de la révolution, » tiré de l'obscurité et protégé l'autre contre » la haine de la nation. » Le sénat se fonde sur les articles de la cons» titution ; il ne rougit pas de faire des re-. .» proches à l'empereur, sans remarquer que,' » comme le premier corps de l'Etat, il a pris
Página 354 - aux trônes de France et d'Italie, et qu'il » n'est aucun sacrifice personnel, même celui » de la vie, qu'il ne soit prêt à faire pour
Página 128 - même, en cherchant à s'introduire dans les places qu'on leur avoit assignées, venoient d'être arrêtés et pendus comme espions. Mais ce qui méritoit la plus sérieuse attention , c'étoient les dispositions au soulèvement que manifestoient un grand nombre de paysans de la Lorraine, de la Champagne, de l'Alsace, de la Franche-Comté, et de la Bourgogne. Dans les Vosges et les