Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Cruelement s'en vont lyé,

par la grace de ly puissaunt; Si ne fust sa grant humilité, qe mostre à femme vertu grant ; Jamès femme de mere née

ne fust delyvrés de un enfant, Mount seofrent pur nostre amisté, e meintefoiz vont suspirant

pur amour;

Molt sovent lur nateresse lur torne à grant dolour.

Ave Maria devoms dire

pur totes femmes qe grosses sount, Lur colour pur nus empire.

de sale en chaunbre quant eles vont; Prioms Jhesum, nostre sire,

que en sa joie siet là à mount, Que si ly plest lur veile myre les anguisses que pur nus ount, molt sovent; Dieu sauve l'onour de femmes, e quant qe à eux apent!

Amen devoms trestous dire,

benet seit le tresdouz mort

Que pur nus soffrir nostre sire, que d'enfern nus dona resort, E en terre soffry grant martyre, sauntz desert à graunt tort,

Saunz rancour e sanz ire,

pur nus soffry peyne fort,

en croys,

La joie de ciel nus ad graunté, meismes de sa voys.

II.
[Fol. 55, ro.]

QUANT Voy la revenue
d'yver, qe si me argue
qe ly temps se remue,
lors aym buche fendue,

charboun clykant,

tysoun flambaunt,

feu de souche meis ne de joie chaunt;

quar je l'eym tant,
tot le cors me tressue.
Quaunt vient acochier,

certes molt me agrée

fagot en fournil secche sauntz fumeé,

qe tost esprent

e brese rent;

e je me degrat molt sovent

le pys e l'eschyne,

quar la char bien pue,

e de draps mal vestue;

ayme molt la jorné,

quar quaunt pur chalour se sue taunt, qe fors soit issue

la freydour e alée,

çeo est moun delit,
de aver beau lit

de dras braunchys,
fleyre la buée.
La tenue coverture
c'est ma desconfiture,
lange sauntz foreure,
de celi n'ai-je cure,
quar il n'est preuz;

mieux aym les feus

quant je voy la refroidure,

à ly m'en von mieux,

aym son jou que dous dées detorsure.

Quaunt l'yver s'esteynt par la matynée,

certes molt me grevée

la noyf e la gelée;

mès en verglaz

atourner faz

menues hastes en bruaz
de pourcel madle ostée,

pris en bone pasture,
la loygne sauntz arsure,
en la broche botée ;
quar c'est ma norture.

Tout ay ma tenure
en bon morsel donée,

en bon claré

en fort raspée,

q'eym mieux d'assez

que cervoyse enfumée.
Taverne ay mult amée,
n'est pas droit que la hée,
tout ay m'amour donée
en savour destempré,

en ganigant,

en cetewant,

mys en chandée peneré,

ne fit pas mal

entour noal

mostarde oue char salée.

Qués e madlarz, plongons e blaryes,

chapouns, chavenans, gelynes rosties,

cygnes, pouns,

groues, heyrouns,

terceles, jauntes e morillons,

e purcel en farcie,

la loygne entrelardé de cele ay molt amée,

venesoun ne has mie,

ne char de cerf ven e,

ne deym ne porck ne lée, une pome flestrye.

Jamboun de fresche salesoun
m'i ad rendu la vie ;
quant je su leez la toune,
e yl ploit e yl tonne,

tout adées ma foysoyne,
vyn de haute persone,
levre en cive, conin lardée,
molt est fous qe saonne,

formage rées quaunt rostie ay,

e je le faz coroune,

e pur grosoiller nuilles e oblées, royssolées e guaffrés,

e tostiz dorrez,

perdryz, plovers,

coloms, croysers,

le wydecoks est bon mangiers,

e andoilles lardés

je tienke pur fol qe doune

son aver enprisonée,

pur tripes enfumés ;

quar grant revient a noune.
My hoste m'aresoune,

si dit qu'il ad trovée
countre la nuyt un chaudon,
quit à chasteyne parée.

En quaresme à l'entré, lors eym perche parée, la tenche en versé,

e en souz botée ;

harang, plays,

e peschoun, freshe e alosée en pastée,

gastieu rostiz, menu brayz, e flaunche salée.

« AnteriorContinuar »