Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Celes que sunt lettrée

as autres purront recorder,
Coment eles sunt honorée
en dreyture sauntz fauser

de nulle;
Où va femme, là vet joie,

ele ne va pas soule.

Amour de femme moun cuer entame,

de fere un poy enveysure, Pur sauver femme de tote blame,

chescun devereit mettre cure; Pur l'amour de une dame,

que tot le mound en terre honure, Que femme esclaundre e met en fame ne vint unqe de bone nature;

à veyr dyre, Qui de femme dit vileynie,

certes sa bouche empyre.

Beauté de femme passe rose,

qi le vodera bien juger, En mounde n'i a si douce chose, en leauté

pur

bien amer. Mès je certes bien dire le ose,

e si mestier soit prover, Qe mavesté que en faus repose, fet sovent femme des oils lermer,

à tort; Qy femme dampne par tresoun,

certes sa noreture dort.

Chescun honme endreit de sey

deit de femmes tot bien dyre ; E si vus dirroi bien pur quei,

pur une qu'est de tous mals myre, De qui nasquy le haut rey

qe de tot le mound est syre ;
Beneit soit cel arbre à fey,
qe tiel fruit porte que jà n'enpyre

Pur rien !
Quar ele porta le noble enfaunt,

Repleni de tot bien.

Dyamaund ne autre piere

ne sount si fyn en lur vertu, Come sunt femmes en lur manere,

d'amour joindre portent le glu, E sount pleysauntz e debonere,

de un dart d'amour me ount feru; Qe femme mespreyse en nulle manere, il corouce la mere Jhesu,

e pecche; Qy à ce s'acostume,

porte vyleyne tecche.

Eux ont le corps de bel entayle,

en tous poyntz tresbien assis; Um ne vaudreit une mayle,

si femme ne fust, ce m'est avys. Donque dussum nus sauntz fayle

de tiele chose tenir grant pris ;

Quar il n'y a rien que à femme vayle, desouz la joie de parays,

en terre ; Yl n'y a nulle terrene,

que purra à tous plere.

Femmes portent les oyls veyrs,

e regardent come faucoun; Mout doit estre en bon espeyr

cely qe gist en lor prisoun ; Quar al matyn ne à seyr

rien n'y avera si joye noun;
De totes bountés sunt yl heyr,
fraunches e beles par resoun

come rose ;
Quy de eux dit si bien noun,

sa vyleynie desclose.

Benterise en cuer de femme floryst,

e espanit come fet la flur;
Bené soit qui là le myst
en lu de si grant

honur

; Qy vileynie de femme dist,

mout pust il estre ensur,
D'aver hounte sauntz respist,
en un lu molt obscur,

e peyne.
Pus que Dieu de femme nasquist,

n'out unque nulle vyleyne.

Harpe, n’autre menestrausie,

ne oysel que chaunt u boys, Ne sount si noble melodie,

come de femme oyr la vois. Mout purrad mener sure vie,

que de femme puet aver choys ;
Quar à tous biens femme plye,
come fet la coudre que porte noys

e foyl;
Qui bealté plaunta en femme,

molt chosy noble soyl.

Hl n'y out unqe honme née

pus le temps Adam e Eve, Qe sout de femmes la bounté

où comence ne où acheve; A demostrer tiel segrée,

à moy serreit donde chose greve;
Mès pus qe je l’ay comencée,
avant dirroi ou parole sweve

e fyne,
Femmes dussoms tous honorer,

pur l'amour d'une meschyne.

Rorteysie en femme git,

en lu où ad bel desport ; E cely en fenme char prist,

qe d'enfern nus dona resort ; E de femme cil nasquist,

qe pur nus pus suffry la mort. Qui à femme fet despit,

il me semble que il ad tort,

En taunt ;
Quar en femme descendist,

Jhesu le tot pussaunt.

L'amour du mound en femme habite,

en un lu molt aimable ;
Yl n'ad pas choysy lu petite,

mès large, grant, e delitable.
Yl ne trovera que ly desheryte,

là puet il meyndre tot dis estable;
Son ostel est de tous maus quite,
pur veyr le dy, sauntz mot de fable,

dedenz,
Que mavesté quert en femme,

certes il pert son tenz.

Marie, que portastes le salveour,

vostre grace vus requer, Me seiez ayde e socour,

pur l'onour de femme sauver, Qe portent fruyt de bel colour,

noble, douce, ne mie amer; Gentz que sount de grant valour, le mound governent enter,

par sen, Bené soit tiel arbre

que tiel fruit porte! Amen.

qe

Note de la russinole

je tienk pur nient en temps de May,

« AnteriorContinuar »