Imágenes de páginas
PDF
EPUB

E de chescun oysel que vole,

encountre une que nomé ay. Quar ele chaunte de bone escole,

e tient le cuer de honme en gay, Il porte le bek douce et mole ; si mestier soit, nomer le say

par noun ; Quant diensist femme compaigne à honme,

molt lur dona bel doun.

Ou femmes est honour enjoynt,

de bountés sunt racyne ; Pur chescun mal qu'en honme poynt,

femme porte medicine. Quant eles ount le mal enoynt,

languisse va e tost fyne ; L'amour de cele Dieu nous doint, à cui le mound enclyne!

e prie, Al jour de le graunt jugement,

que ele nous seit aye!

Parvenke de pris e sauntz pier,

sount femmes sur tote autre rien ; Quar nul ne savera devyser

la bounté de femmes, ce savoms bien. Femmes portent le vis cler,

*

Dieu me doint à joie aver
la bele douce qu'est le myen

demeyne;

Unque ne trovay en ly

fors bounté e cuer certeygne.

Quoyntement s'en vont armée

de grant bealté, que pert dehors, E dedenz de tot bounté

en ount repleny tot le cors; Mout serroit donque grant pieté,

si tous tieles fuissent mors, Que pur nus ount grevement plorée, e ce à molt grauntz tortz,

sovent; Nul ne savera devyser

la joye que de eux descent.

Rose, qu'est de bel colour,

e d'esté porte l'enseygne, Ne gitte poynt si fyn odour

come est de femme la douce aleyne. Qui porreit donque nuit e jour

aver une en son demeyne,
Mout purreit vivre à grant honour,
e en joie sauntz nulle peyne

u mounde ;
Nul ne savera deviser

la joie que de femme habounde.

Si tous l'espieces en tenz de pees,

qe de tous terres venent par mer, Fuissent lyés en un fees,

e um les devereit bien juger,

Il n'y a nul de tel relees,

come de femme un douz bayser,
Ce su je prest prover adès,
qui me vodra countrepleyder

en dyt;
Car femme est la plus graciouse

chose que unqe Dieu fyt.

Tryacle, tresbien tryée,

n'est poynt si fyn en sa termyne, Come est le lycour alosée

quy femme porte en sa peytrine. Bien doit tiele chose estre amée,

que porte si noble medicine!
Meint foyz est anguissée
par nous fenme en gysyne,

sanz bobance;
Nul ne savera deviser

come sunt pur nus en grevaunce.

Folables ne sunt point de corage,

quar eles se tienent en une assise ; A eux ne serra dit hountage,

quar il sount de bone aprise ; Come plus est venu de haut parage,

meinz s'en orguile en tote guyse. Chescun qu'est de bon estage femmes honourt par soun devyse

tot dis; Honour en bone femme

ne puet estre mesassis.

Xpc le fitz Marie,

le tresnoble enfaunt, Defent qe vyleynye

ne soit desorenavant
Dit par nulle folye

à nulle femme vivant !
Mès chescun ayme s'amye,
come Dieu nus est amaunt

en terre,
Que sa douce face

en ciel pussoms vere.

Ysope, fenoil, columbyn,

Flur de lyls alosée,
Rose que porte colour fyn,

gyngivre racynée,
Deveroit crestre u chemyn,

où femme marche soun pée ; Certes cely ad bon matyn que de femme est amée,

saunz feyntyse; Quar unqe femme ne fust,

si noun de bon aprise.

Zabulon, come je vus counte,

c'est un propre noun, Cely que bone femme afrounte,

jà n'eit s’alme pardoun ! Fuisse-je roy ou grant counte,

ou de terre noble baroun,

Quy à femme ferreit hounte, tost le mettroi en prisoun

sanz tort; Si il ne se vodra amender,

jà n'avereit resort.

Douce amie, seiez certeigne,

que de Dieu serra maldit, Qe de male parole e veyne

dient à femme hounte ou despyt; Quar Dieu meismes sauntz nulle peyne

de une femme en terre nasquyt, La quele en ciel sa joye demeyne ; de ly servyr ay grant delyt

à grée; Quar ele est de joie fonteyne.

source de amistée.

Place là ou femme siet,

en sale ou banc countre mur, Totes vileynyes het,

tant come porte fruit si pur, De totes arbres dount fueille chet,

si est femme sovereyn flur, Chescun honme à mieux qu'il puet, sauve lur cors e lur honur

de hounte, Quar totes choses avenauntes,

bone femme sourmounte.

« AnteriorContinuar »