Oeuvres de Fénelon, Volumen2

Portada
L. Tenré [et] Boiste fils ainé, 1822
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 245 - Dieu, ce qui est : hélas ! je suis presque ce qui n'est pas. Je me vois comme un milieu incompréhensible entre le néant et l'être : je suis celui qui a été ; je suis celui qui sera; je...
Página 91 - A la vérité, ma raison est en moi : car il faut que je rentre sans cesse en moi-même pour la trouver. Mais la raison supérieure qui me corrige dans le besoin, et que je consulte, n'est point à moi, et elle ne fait point partie de moi-même.
Página 204 - ... idées, quelque chose qui soit au dedans de moi et qui ne soit point moi, qui me soit supérieur, qui soit en moi lors même que je n'y pense pas , avec qui je croie être seul , comme si je n'étais qu'avec moi-même; enfin qui me soit plus présent et plus intime que mon propre fond. Ce je ne sais quoi si admirable, si familier et si inconnu, ne peut être que Dieu. C'est donc la vérité universelle et indivisible qui me montre comme par morceaux , pour s'accommoder à ma portée , toutes...
Página 388 - N'est-il pas certain que ce bizarre philosophe , qui ose nier le libre arbitre dans l'école, le supposera comme indubitable dans sa maison , et qu'il ne sera pas moins implacable contre ces personnes que s'il avoit soutenu toute sa vie le dogme de la plus grande liberté.
Página 92 - ... qu'on doit croire le plus emprunté. Nous recevons sans cesse et à tout moment une raison supérieure à nous, comme nous respirons sans cesse l'air, qui est un corps étranger, ou comme nous voyons sans cesse tous les objets voisins de nous à la lumière du soleil, dont les rayons sont des corps étrangers à nos yeux.
Página 91 - C'est un maître intérieur, qui me fait taire, qui me fait parler, qui me fait croire, qui me fait douter, qui me fait avouer mes erreurs, ou confirmer mes jugements. En l'écoutant, je m'instruis : en m'écoutant moi-même, je m'égare.
Página 177 - La négation redoublée vaut une affirmation; d'où il s'ensuit que la négation absolue de toute négation est l'expression la plus positive qu'on puisse concevoir , et la suprême affirmation: donc le terme d'infini est infiniment affirmatif par sa signification, quoiqu'il paraisse négatif dans le tour grammatical.
Página 18 - C'est du sein inépuisable de la terre que sort tout ce qu'il ya de plus précieux. Cette masse informe, vile et grossière, prend toutes les formes les plus diverses; et elle seule...
Página 23 - Regardons maintenant ce qu'on appelle l'eau : c'est un corps liquide, clair et transparent. D'un côté, il coule, il échappe, il s'enfuit; de l'autre, il prend toutes les formes des corps qui l'environnent, n'en ayant aucune par lui-même. Si l'eau...
Página 76 - Si on ledit, entendra-t-on ce qu'on dira , et le pourra-t-on faire entendre aux autres ? Le hasard at-il accroché, par un concours d'atomes, les parties du corps avec l'esprit? Si l'esprit peut s'accrocher à des parties du corps, il faut qu'il ait des parties lui-même , et par conséquent qu'il soit un vrai corps, auquel cas nous retombons dans la première réponse , que j'ai déjà réfutée. Si au contraire l'esprit n'a point de parties , rien ne peut l'accrocher avec celles du corps , et le...

Información bibliográfica