Histoire de mon temps: 1812-1814

Portada
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 328 - Les puissances alliées ayant proclamé que l'empereur Napoléon était le seul obstacle au rétablissement de la paix en Europe, l'empereur Napoléon, fidèle à son serment, déclare qu'il renonce, pour lui et ses héritiers, aux trônes de France et d'Italie, et qu'il n'est aucun sacrifice personnel, même celui de la vie, qu'il ne soit prêt à faire à l'intérêt de la France.
Página 2 - L'auteur et les éditeurs déclarent réserver leurs droits de reproduction et de traduction en France et dans tous les pays étrangers, y compris la Suède et la Norvège. Ce volume a été déposé au ministère de l'intérieur (section de la librairie) en octobre 1898.
Página 170 - ... tourné pour moi. Je veux la paix , mais ce n'en serait pas une que celle qui imposerait à la France des conditions plus humiliantes que les bases de Francfort Ma position est certainement plus avantageuse qu'à l'époque où les alliés étaient à Francfort. Ils pouvaient me braver, je n'avais obtenu aucun avantage sur eux , et ils étaient loin de mon territoire. Aujourd'hui , c'est bien différent. J'ai eu d'immenses avantages sur eux, et des avantages tels qu'une carrière militaire de...
Página 64 - Si un homme du siècle des Médicis ou du siècle de Louis XIV revenait sur la terre, et qu'à la vue de tant de merveilles il demandât combien de règnes glorieux...
Página 127 - J'appelle les Français de Paris, de la Bretagne, de la Normandie, de la Champagne, de la Bourgogne et des autres départements au secours de leurs frères : les abandonneront-ils dans leur malheur? Paix et délivrance de notre territoire doit être notre cri de ralliement. A l'aspect de tout ce peuple en armes, l'étranger fuira ou SIGNERA la paix sur les bases qu'il a luimême proposées.
Página 299 - faut l'en chasser ; d'indignes Français , des » émigrés , auxquels nous avions pardonné , » ont arboré la cocarde blanche , et se sont » joints à nos ennemis. Les lâches ! ils rece» vront le prix de ce nouvel attentat ! Jurons » de vaincre ou de mourir, et de faire respecter » cette cocarde tricolore, qui, depuis vingt ans, » nous trouve dans le chemin de la gloire et
Página 226 - Je vous ai voué, mon cher duc, la confiance la plus entière, pour mettre un terme aux dangers qui menacent la France ; il dépend encore de votre maître de faire la paix; le fait ne dépendra peut-être plus de lui, sous peu. Le trône de Louis XIV, avec les ajoutés de Louis XV, offre d'assez belles chances pour ne pas devoir être mis sur une seule carte. Je ferai tout ce que je pourrai pour retenir lord Castlereagh quelques jours. Ce ministre parti, on ne fera plus la paix.
Página 110 - Les puissances confirment à l'empire français une étendue de territoire que n'a jamais connue la France sous ses rois, parce qu'une nation valeureuse ne déchoit pas pour avoir...
Página 49 - Pendant que votre majesté, sire, était à huit cents lieues de sa capitale , à la tête de ses armées victorieuses , des hommes échappés des prisons , où votre clémence impériale les avait soustraits à la mort méritée par leurs crimes passés, ont voulu troubler l'ordre public dans cette grande cité. Ils ont porté la peine de leurs nouveaux attentats. » Heureuse la France , sire , que sa constitution...
Página 170 - Je vous ai donné carte blanche pour sauver Paris et éviter une bataille qui était la dernière espérance de la nation. La bataille a eu lieu, la Providence a béni nos armes. J'ai fait trente à quarante mille prisonniers, j'ai pris deux cents pièces de canon, un grand nombre de généraux et détruit plusieurs armées presque sans coup férir.

Información bibliográfica