Pages choisies de littérature allemande depuis les origines jusqu'à nos jours

Portada
Garnier frères, 1901 - 812 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Contenido

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 385 - De sorte que toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement...
Página 381 - N'est-ce pas là traiter indignement la raison de l'homme et la mettre en parallèle avec l'instinct des animaux, puisqu'on en ôte la principale différence, qui consiste en ce que les effets du raisonnement augmentent sans cesse, au lieu que l'instinct demeure toujours dans un état égal? Les ruches...
Página 184 - Le premier était de ne recevoir jamais aucune chose pour vraie que je ne la connusse évidemment être telle ; c'est-à-dire d'éviter soigneusement la précipitation et la prévention , et de ne comprendre rien de plus en mes jugements que ce qui se présenterait si clairement et si distinctement à mon esprit que je n'eusse aucune occasion de le mettre en doute.
Página 703 - Work - work work Till the brain begins to swim! Work - work - work Till the eyes are heavy and dim! Seam , and gusset , and band , Band , and gusset , and seam , Till over the buttons I fall asleep, And sew them on in a dream! "O men with sisters dear! O men with mothers and wives! It is not linen you're wearing out , But human creatures
Página 703 - With fingers weary and worn, With eyelids heavy and red, A woman sat, in unwomanly rags, Plying her needle and thread — Stitch — stitch — stitch ! In poverty, hunger, and dirt, And still with a voice of dolorous pitch, — Would that its tone could reach the Rich ! She sang this " Song of the Shirt !
Página 191 - Puis qu'une telle fleur ne dure Que du matin jusques au soir ! Donc, si vous me croyez mignonne, Tandis que vostre âge fleuronne En sa plus verte nouveauté, Cueillez, cueillez vostre jeunesse : Comme à ceste fleur la vieillesse, Fera ternir vostre beauté.
Página 191 - Mignonne, allons voir si la rose Qui ce matin avoit desclose Sa robe de pourpre au soleil A point perdu ceste vesprée Les plis de sa robe pourprée, Et son teint au vostre pareil.
Página 356 - LE VOYAGE. Partir avant le jour, à tâtons, sans voir goutte, Sans songer seulement à demander sa route , Aller de chute en chute , et , se traînant ainsi , Faire un tiers du chemin jusqu'à près de midi ; Voir sur sa tête alors...
Página 763 - II dit. Comme un vautour qui plonge sur sa proie. Le Malheur, à ces mots, pousse, en signe de joie, Un long gémissement ; Et, pressant l'univers dans sa serre cruelle. Embrasse pour jamais de sa rage éternelle L'éternel aliment.
Página 381 - ... seulement de sa propre expérience, mais encore de celle de ses prédécesseurs; parce qu'il garde toujours dans sa mémoire les connaissances qu'il s'est une fois acquises, et que celles des anciens lui sont toujours présentes dans les livres qu'ils en ont laissés. Et comme il conserve...

Información bibliográfica