Force et faiblesse

Portada
Simpkin, Marshall&Cie., 1858 - 400 páginas
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 313 - Véritables vautours, que le fils de Japet Représente, enchaîné sur son triste sommet. L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste. Le sage y vit en paix, et méprise le reste : Content de ses douceurs, errant parmi les bois...
Página 169 - O combien d'actions, combien d'exploits célèbres Sont demeurés sans gloire au milieu des ténèbres...
Página 103 - Rien n'est beau que le vrai : le vrai seul est aimable ; II doit régner partout, et même dans la fable.
Página 247 - II passa dans sa chambre au sortir de la table; Et dans son lit bien chaud il se mit tout soudain, Où, sans trouble, il dormit jusques au lendemain.
Página 305 - L'ardente charité, que le pauvre idolâtre ! Mère de ceux pour qui la fortune est marâtre, Qui relève et soutient ceux qu'on foule en passant, Qui, lorsqu'il le faudra, se sacrifiant toute, Comme le Dieu martyr dont elle suit la route, Dira : Buvez! mangez ! c'est ma chair et mon sang.
Página 45 - N'espérons plus, mon âme, aux promesses du monde; Sa lumière est un verre, et sa faveur une onde Que toujours quelque vent empêche de calmer. Quittons ces vanités, lassons-nous de les suivre; C'est Dieu qui nous fait vivre, C'est Dieu qu'il faut aimer.
Página 87 - Chacun tourne en réalités, Autant qu'il peut, ses propres songes : L'homme est de glace aux vérités; II est de feu pour les mensonges.
Página 31 - Hélas! en guerre avec moi-même, Où pourrai-je trouver la paix ? Je veux, et n'accomplis jamais; Je veux : mais (ô misère extrême ! ) Je ne fais pas le bien que j'aime , Et je fais le mal que je hais.
Página 292 - Je vous donne un commandement nouveau, que vous vous aimiez les uns les autres; que, comme je vous ai aimés, vous vous aimiez aussi les uns les autres.
Página 301 - Ainsi toujours elle répare, et sa main secourable guérit toutes les blessures. Ici l'on se console des peines même du cœur, en admirant un Dieu de bonté, en pénétrant le secret de son amour; les revers passagers de notre vie éphémère se perdent dans le sein fécond et majestueux de l'immortel univers.

Información bibliográfica