Critique philosophique, Volumen9

Portada
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Contenido

La question du temps infini dans la métaphysique de M Lotze R 49 65
49
Une causerie Comment se transmettent les convictions qui influent sur la
55
En quoi la critique de Lange est restée enchaînée dans le matérialisme
67
Le spiritualisme et le positivisme J M
72
Tyrannie et tyrannicide F P
81
Le fatalisme de Lange
87
Les vues de M Pécaut sur les questions denseignement Écoles dapprentis
97
Les sentiments et les idées J M 107139
107
Les labyrinthes de la métaphysique VIL Le libre arbitre selon les épicuriens
113
Une revue collectiviste F P
123
Un cercle vicieux F P
129
Les réformes de lenseignement III La question de la bifurcation
177
Prenons garde aux Drusua F P
193
La source psychologique du fétichisme de la sorcellerie de la magie et
209
Aphorismes pessimistes Pensées maximes et fragments de Schopenhaucr
217
Les réformes de lenseignement IV Lenseignement pratique R
225
Remarques sur la Vie de Jésus de M le professeur Sabatier E Menegoz
250
The criminal code of tlie Jewa etc Le code criminel des Juifs suivant
255
Les congrégations et la loi X
257
A propos de larticle qui précède Le jugement de M Morin sur Jésus F P
268
La psychologie et la physiologie J M
277
Note au sujet de deux articles de la Revue philosophique R
289
Résolutions du congrès do Gênes pour labolition de la prostitution légale
291
La doctrine économique de lharmonie des intérêts suivant la critique dAlbert
305
Séance de rentrée des cours de la Faculté de théologie protestante de Paris
316
Le jugement de sir Thomas Erskine May sur la Révolution française F P
321
Lidéal J M 328 378
328
Lutilité de la confession F P 33 1
33
La morale des Jésuites par Paul Bert 126
126
Lo sentiment de leffort William James 123 129 145 200 220 225 28
130
Lenseignement de la philosophie dans les lycées F P 155
155
République et catholicisme cinquième lettre dun Bourguignon par Paul
157
Les vues de M Pécaut sur les questions denseignement La reforme
161
Que fautil entendre par des limites de la liberté morale R 168
168
Le Bulletin de correspondance universitaire 173
173
De lopposition sous la République R 177
177
Le catholicisme contemporain par Émile Burnouf 190
190
Politique et socialisme I La question du progrès R 193
193
Le matérialisme par rapport à la religion et à lidéal 231
231
Revue de lhistoire des religions publiée sous la direction de Maurice Vernes 238
238
Le jugement dAlbert Lange sur le christianisme 241
241
Une visite au familistère de Guise C Pellarin 247
247
Politique et socialisme II La question du progrès Herder R 257
257
Le mandat impératif J M
273
Société pour le progrès des études rapport présenté à lasemblée générale
286
Introduction à un nouveau système dharmonie par Abramo Basevi traduite
315
Léducation populaire R 3
345
Histoire du matérialisme et critique de son importance par F A Lange 346
346
Politique et socialisme IV La question du progrès Hegel R 353
353
Les programmes dinstruction populaire R 362
362
Politique et socialisme V La question du progrès Turgot R 385
385
Les grands hommes les grandes pensées et le milieu W J 396 407
396
REVUE BIBLIOGRAPHIQUE

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 196 - De là vient que, par une prérogative particulière, non seulement chacun des hommes s'avance de jour en jour dans les sciences, mais que tous les hommes ensemble y font un continuel progrès à mesure que l'univers vieillit, parce que la même chose arrive dans la succession des hommes que dans les âges différents d'un particulier. De sorte que toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours et qui apprend continuellement...
Página 264 - Nulle association de plus de vingt personnes, dont le but sera de se réunir tous les jours ou à certains jours marqués pour s'occuper d'objets religieux , littéraires , politiques ou autres , ne pourra se former qu'avec l'agrément du gouvernement, et sous les conditions qu'il plaira à l'autorité publique d'imposer à la société.
Página 87 - Une intelligence qui pour un instant donné connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d'ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ces données à l'analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l'univers et ceux du plus léger atome : rien ne serait incertain pour elle, et l'avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux.
Página 196 - N'estce pas là traiter indignement la raison de l'homme , et la mettre en parallèle avec l'instinct des animaux , puisqu'on en ôte la principale différence, qui consiste en ce que les effets du raisonnement augmentent sans cesse, au lieu que l'instinct demeure toujours dans un état égal...
Página 196 - ... et que dans ces avantages nous leur sommes redevables de l'ascendant que nous avons sur eux ; parce que s'étant élevés jusqu'à un certain degré où ils nous ont portés, le moindre effort nous fait monter plus haut , et avec moins de peine et moins de gloire nous nous trouvons au-dessus d'eux. C'est de là que 'nous pouvons découvrir des choses qu'il leur était impossible d'apercevoir. Notre vue a plus d'étendue, et quoiqu'ils connussent aussi bien que nous tout ce qu'ils pouvaient remarquer...
Página 196 - ... seulement de sa propre expérience, mais encore de celle de ses prédécesseurs ; parce qu'il garde toujours dans sa mémoire les connaissances qu'il s'est une fois acquises, et que celles des anciens lui sont toujours présentes dans les livres qu'ils en ont laissés.
Página 196 - Il en est de même de tout ce que les animaux produisent par ce mouvement occulte. La nature les instruit à mesure que la nécessité les presse ; mais cette science fragile se perd avec les besoins qu'ils en ont : comme ils la reçoivent sans étude , ils n'ont pas le bonheur de la conserver ; et toutes les fois qu'elle leur est donnée, elle leur est nouvelle , puisque la nature n'ayant pour objet que de maintenir les animaux dans un ordre de perfection bornée, elle leur inspire cette science...
Página 87 - Nous devons envisager l'état présent de l'univers comme l'effet de son état antérieur, et comme la cause de celui qui va suivre. Une intelligence qui pour un instant donné connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des...
Página 379 - Telle ne fut jamais la dépendance de l'Église, même dans les premiers siècles du christianisme. Nulle puissance n'exigeait alors la vérification de ses décrets. Cependant elle n'a pas perdu de ses prérogatives, en recevant les empereurs dans son sein : « Elle doit «jouir de la même juridiction dont elle jouissait sous les empereurs
Página 276 - Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité. et sans autre distinction que celles de leurs vertus et de leurs talents.

Información bibliográfica