Céline, histoire d'une émigrée, rédigée d'apres les notes laissées par mme. Backker

Portada
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 20 - But ever and anon of griefs subdued There comes a token like a scorpion's sting, Scarce seen, but with fresh bitterness imbued ; And slight withal may be the things which bring Back on the heart the weight which it would fling Aside for ever : it may be a sound — A tone of music — summer's eve — or spring — A flower — the wind — the ocean — which shall wound, Striking the electric chain wherewith we are darkly bound ; XXIV.
Página 19 - Tel en un secret vallon, Sur le bord d'une onde pure, Croît à l'abri de l'aquilon Un jeune lis, l'amour de la nature.
Página 19 - L'enfant que le Seigneur aime, Qui de bonne heure entend sa voix. Et que ce Dieu daigne instruire lui-même*!
Página 33 - Pour les cœurs corrompus l'amitié n'est point faite. *"O divine amitié ! félicité parfaite, Seul mouvement de l'âme où l'excès soit permis, Change en bien tous les maux où le ciel m'a soumis ; Compagne de mes pas dans toutes mes demeures, Dans toutes les saisons, et dans toutes les heures : "^Sans toi tout homme est seul ; il peut par ton appui Multiplier son être, et vivre dans autrui. Idole d'un cœur juste, et passion du sage, Amitié, que ton...
Página 6 - The tear, down childhood's cheek that flows, Is like the dewdrop on the rose ; When next the summer breeze comes by, And waves the bush, the flower is dry.
Página vii - O'er a' the ills o' life victorious! But pleasures are like poppies spread, You seize the flow'r, its bloom is shed; Or like the snow falls in the river, A moment white — then melts for ever; Or like the borealis race That flit ere you can point their place; Or like the rainbow's lovely form Evanishing amid the storm. Nae man can tether time or tide; The hour approaches Tam maun ride; That hour, o...
Página 127 - Les faux biens de ce monde sont faits pour ceux qui n'en espèrent ou qui n'en cherchent point de plus véritables : les maux de ce monde sont destinés, par la miséricorde de Dieu, aux âmes élues qu'il veut détacher de ce monde si corrompu , pour les préparer à des biens d'une durée et d'un prix immense. Chercher donc son bonheur ici-bas , c'est s'oublier dans son exil, c'est renoncer aux espérances de sa patrie. Aussi saint Cyprien...
Página 58 - Oui, vous qui, de l'Olympe usurpant le tonnerre, Des éternelles lois renversez les autels, Lâches oppresseurs de la terre, Tremblez ! vous êtes immortels. Et vous, vous, du malheur victimes passagères, Sur qui veillent d'un Dieu les regards paternels, Voyageurs d'un moment aux terres étrangères, Consolez-vous ! vous êtes immortels.
Página 66 - Dieux! à ce noble maintien Quel œil ne serait pas trompé comme le mien? Faut-il que sur le front d'un profane adultère Brille de la vertu le sacré caractère? Et ne devrait-on pas à des signes certains Reconnaître le cœur des perfides humains?
Página 129 - Tout plaît à ton âme ingénue : Sans regrets, comme sans désirs, Chaque objet qui s'offre à ta vue T'apporte de nouveaux plaisirs. Si quelquefois ton cœur soupire, Tu n'as point de longues douleurs, Et l'on voit ta bouche sourire A l'instant où coulent tes pleurs.

Información bibliográfica