Imágenes de páginas
PDF
EPUB

for himself; but each so perfect in also usually precludes any observation wisdom and goodness, that whatever being made, if the chairman neglects one thinks best all must think best; to call such persons to order, even by whatever one wills all must will : in those who strongly feel the improno possible case can there be any dif- priety and irregularity of introducing ference between them, but in every such topics in the hallowed temple of possible case they must be of one a Bible Meeting, consecrated to harmind.'

mony and Christian benevolence. Is For this tritheistic doctrine which it too much to expect these effusions the University of Oxford has heretofore of a zeal not according to knowledge, pronounced heretical, the Judge refers to be suspended till the next Sunday ; to Dr. Hales, and, with a propriety when a more fair occasion may occur which is evident enough, he refers to of defending any of these favourite him also in the sentence immediately tenets of reputed orthodoxy at full following, for “ instances of the doc length, where none dare contradict trine of a Trinity amongst Pagans.” the preacher, whoever may happen to

Christianity is said to be "part and be present holding sentiments conparcel of the law of the land,” and if trary to his own? The temptation so, a Judge may be following his voca- seems, however, with a certain class tion in commenting upon the Athana- of persons, both clergymen of the sian Creed; but I cannot help, think- Established Church, Dissenting Minising, that Sir J. Bayley would never ters and zealous Laymen of different have acquired so high a reputation as persuasions, too strong to be resisted, he possesses, I doubt not justly, if he of a large assembly, known to consist had not given proofs of more learning, of persons of widely different sentimore research and more sound judg- ments, not to avail themselves of it, inent on points of law than lie has for the promotion of some leading here displayed in controversial theo- points of their respective systems of logy.

doctrine, instead of the avowed object A GOSPELLER. of the meeting.

Even where direct argument is January 2, 1822. waved, the sole right to the very name objects of the British and claimed or insinuated to belong to Foreign Bible Society, in attending to those only who hold certain doctrines, its proceedings, it has long been no although the speakers well know that surprise, though matter of real con- there are, or probably may be, others cern, to observe the movers and se- present who consider them as only conders of the set of motions prepared resting on the inventions or comfor its meetings or those of its auxili- mandments of men, and having no aries, so far forget its fundamental foundation in the pure records of reprinciple of Protestant Catholicism, as velation. to advocate not so much the diffusion An unwillingness to contribute still of the sacred writings without note or farther to a deviation from the proper comment, as to avail themselves of business of a Bible Meeting, has rethese opportunities to inculcate their strained myself and others from apown peculiar and sometimes narrow pealing to the chairman on such occaand unworthy views of the doctrines sions. For if the matter be not at they teach.

once admitted to be out of order, These instances of departure from whether it be or not, must of course the principle upon which these meet- be discussed; and in whatever way ings are professedly held, may be con- the point be determined, the time thus sidered, as the errors of individuals occupied is so much taken from the for which the society are not, strictly proper business of the meeting: speaking, responsible. Yet is it obvi- For several years I hoped these ous, that those persons are generally breaches of charity at Bible Meetings some of its most prominent and os- were on the decline, but from hearing tensible agents, on whom almost the some recent speeches, and reading the whole public management of its con- reports of others, I fear that is not cerns depends.

Yet the continuance, or The rapid succession of speakers the increase of this sectarian spirit in

Sir,

[ocr errors]

the case.

public speeches only, might not, per. Scriptures. This might

be their mishaps, have induced me to call the fortune, but could not be a crime, nor attention of your readers to these effu- subject them to such punishment by a sions of an over-heated zeal.

God of mercy and goodness, the imAt length, a well-known tenet of partial parent and moral governor and Calvin's, which many serious Chris- judge of his rational offspring, the hutians cannot admit to be well-founded, man race. scriptural, or honourable to the moral How different was the doctrine of character of God, has been embodied Jesus of Nazareth, our Lord and Saviin the report to the ninth anniversary our, who assured us, Luke xii. 47, of the City of London Auxiliary Bible 48, “That the servant who knew his Society, held at the Egyptian-hall, at master's will, and prepared not himthe Mansion-house, London, on No. self, nor did according to his will, shall vember Ist last, the late Lord Mayor be beaten with many stripes; but he in the chair, which was upproved who knew it not, and committed things and adopted" by the meeting, on the worthy of stripes, shall be beaten with motion of the Earl of Rocksavage. few stripes. And to whomsoever much

This is much more directly to iinpli- hath been given, of him much shall be cate the meeting, and indeed the parent required." According to this equitasociety, than the expression of similar ble doctrine of universal application, sentiments in the speeches of indivi- punishment is to consist of " many duals, for which a Bible Meeting are stripesfor those transgressors who not so expressly responsible. The were best acquainted with the Divine report, as stated in the Times and the will, and of few stripesonly for Evening Mail, after quoting Eccles. ix. those who“ knew it not” by any 10, says, “This appeal is loud and special revelation, but nevertheless imperative, and it acquires fresh force, "committed things worthy of stripes.” whether we turn to the particular cir

BEREUS. cumstances of our own country, or to the state of the world at large. Even if every inhabitant of the British Empire possessed a copy of the Bible, Letter from Mons. J. J. Chenevière, still the appeal would be loud and im- Pastor and Professor, at Genera, perative ; for there are, probably, not to the Editor of the Christian less than 500,000,000 of accountable, Observer." perishing, sinful, but immortal beings, who never heard of a revelation from God.

[The following letter was addressed “ If the Bible be the pure source of by the respectable writer to Mr. Malight to the ignorant, of strength to caulay, the supposed editor of the the weak, of comfort to the dirtressed, “ Christian Observer,” in consequence of hope to the guilty, of relief to the of some reflections in that work, in dying; how deplorable is the privation the Nos. for June, July and August, of those who cannot procure that 1820, on the departure of the Genebook,a privation, the korrors of vese clergy from the assumed orthowhich cannot be duly estimated in dox faith. In a private letter to 115, time, and the effects of which will M. Chenevière says, that the Christian endure through eternity. Can this Observer has not done him the justice appeal for perishing millions be pre- to insert his communication, and he sented to Christian charity in vain?” requests that it may appear on our

What a deplorable" picture is pages. We cheerfully comply with this! The horrors of which,its his wish, and as the French language delineators describe as exceeding hu- is so generally understood we insert man estimate,"

,” that is, inconceivably it without translation. The English great, and of eternal duration. And Unitarian will rejoice to see that Geaccording to them, why are these neva still claims the precedence in the ever-during punishments inflicted ? reformation of the church, and that Because its unhappy objects “never the claim is so well sustained by the heard of a revelation from God ;” learning, talents and Christian courage because they could not procure the of her pastors and professors. Ed.].

[ocr errors][merged small][merged small]

A Mr. Macaulay Rédacteur du Chris- moines, dont la ville, selon lui, était tian Observer.

ornée. Avec une lettre d'envoi.

Cependant, en communiquant ses

idées, le rédacteur faisait usage d'un ON N lit dans le Christian Observer, droit incontestable, et s'il s'était

Juin, Juillet et Août 1820, une borné à louer Mr. Cellerier, on n'auanalyse critique des sermons de Mr. rait point songé à lui répondre. Mais, Cellerier, sur laquelle il y auroit beau- semblable à un grand nombre de ses coup d'observations à faire.

compatriotes, il a l'air d'accomplir Le rédacteur de ces articles, au lieu un voeu en attaquant Genève sans de se considérer comme un juge im- mesure et sans fidélité. Il exalte son partial qui voit les objets du haut, et héros, non seulement en louant un méqui embrasse l'ensemble du sujet rite que tout le monde se plait à redont il rend compte, s'est placé dans connaître, mais il le représente conime la position d'un homme dominé par d-peu-près seul debout au milieu d'un une idée particulière et chère, qu'il a clergé tombé. Il dit avoir habité besoin de retrouver par tout et sans Genève, alors il est facile de concevoir laquelle tous les objets lui semblent où il a puisé ses renseignemens. Ce décolorés. Il parait n'avoir lu les n'est pas à Jaques II. qu'il faut desermons dont il fait l'éloge que dans mander à tracer le caractère de Guill'espoir d'y rencontrer l'égalité du Fils laume d’Orange. avec le Père et l'imputation du péché Si l'on se contentait de blâmer le d'Adam. Il en résulte qu'il est con- clergé de Genève de ne pas suivre en duit à mettre au premier rang de l'in- tout point les opinions de Calvin, on téressant recueil de sermons dont il serait dans les termes de la vérité; croit faire l'analyse plusieurs de ceux mais je ne sache pas qu'aucun homme dont le mérite est moindre, et il ne raisonnable, qu'aucun Reformé ait le fait qu'indiquer, ou passe sous silence, droit de se plaindre de ce fait ; il lui quelques uns de ceux qui seront de est bien permis de s'en affliger pour vrais titres de gloire pour l'auteur. ·sa part, s' il regarde Calvin comme un Ce qui fera vivre Mr. Cellérier dans docteur infaillible, comme un pape la mémoire de nos neveux, c'est un éternel, dont les décrets sont sans apheureux développement des scènes de pel. Mais il n'y a pas là de quoi ba-! la vie, ce sont des détails fidèles, ser une accusation soutenable. Honsimples et nobles, c'est un stile à la neur au génie de Calvin, reconnoisfois élégant et naturel, c'est une onc- sance à ce grand homme de la part. tion touchante jointe à une diction des tous les Génevois. Mais que pleine de grâces, c'est une morale suive aveuglement tous ses principes, douce et une aimable sensibilité. Je que l'on adopte toutes ses idées, que ne crains pas d'avancer que les ser. Pon jure in sua verba, c'est ce qu'il mons que le rédacteur loue avec le n’exigea jamais, c'est un servage plus de chaleur et d'enthousiasme qu'il repousserait avec dignité, peutsont ceux qui de tous ont le moins de étre avec indignation. Le principe mérite sous tous les rapports, et je ne d'examen dont il se montre le vaillant serais pas embarassé à le prouver. Le défenseur, proteste perpétuellement rédacteur s'est il occupé de l'art diffi- contre cette prétention de ses adeptes. cile de la chaire ? On ne le dirait pas; Aussi les ennemis du clergé de Gensurtout quand on le voit mettre en éve, ont l'air de comprendre la faiseconde ligne les discours familiers du blesse, je dirai la puérilité de cette même Pasteur à ses paroissiens, et ne inculpation, et ils font impression sur dire que peu de mots de ce volume les personnes pieuses en attaquant nobien plus original, bien plus distingué tre foi à la rédemption, ce gage de que la plupart des autres, et qu'im- notre salut. Ecoutez le rédacteur des prime à son auteur un cachet très- articles que nous examinons, lui dont particulier.

le ton est beaucoup plus décent que Cette manière de juger un ensemble celui de la plupart des croisés contre sous un seul point de vue, rappelle un Genève. Il dit à l'occasion de Mr. voyageur Catholique et dévot qui Cellerier préchant sur la rédemption, n'avait retenu de son séjour à Rome Luc i. 68, 69, fer Sermon du Tome que le nombre des couvens et des IIIC: “ Vivant dans un siècle et dans

l'on

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]

un pays où l'esprit d'une fausse philo- P. 40, idem en d'autres termes. P. sophie, purement mondaine, s'attache 46: "C'est surtout dans l'envoi de à dédaigner le grand @uvre de la ré- tons Fils, dans l'oeuvre de la rédempdemption, Mr. Cellerier parait avoir tion du genre humain que toutes tes vivement senti qu'il ne pouvait en perfections se sont hautement maniprouver la nécessité d'une manière festées. ... Tu jetas alors du haut de plus victorieuse et plus frappante que ton trône un regard de compassion sur par un appel à la condition naturelle les coupables mortels. Ton Fils bienet aux besoins de l'homme." aimé, ta plus parfaite image, descendit

C'est accuser clairement l'Eglise de du séjour de la gloire pour les sauver, Genève de dédaigner le grand @uvre vécut au milieu d'eux dans la bassesse de la rédemption.....Or il est impar. et mourut dans l'opprobre et dans les donnable à un auteur de donner de tourmens.... Tu as tant aimé le monde fansses idées de la foi d'une église que de donner ton Fils unique au entière, sur des points aussi importans monde.” P. 61: "Nous recourons à et aussi disertement enseignés dans cette alliance de grâce que tu as bien l'Ecriture que celui de la rédemption voulu traiter avec nous par Jésuspar Jésus-Christ. Que ce soit légère- Christ notre Sauveur et qu'il a ratifiée té, prévention, ignorance, la faute est par son sang." P. 68 : "Toi qui as bien grave. C'est montrer par le fait envoyé ton Fils au monde, afin que le peu d'amour pour les préceptes du monde soit sauvé par lui, au nom de Sauveur que d'autre part on se glorifie ce Sauveur charitable, pardonne à ton de révérer et de suivre presque exclu- peuple qui a péché contre toi.” P.77: sivement.

"Avec quel éclat ne brillent pas ces Il n'était pas difficile au rédacteur glorieuses perfections, surtout ton inde se mieux instruire et de rectifier finie miséricorde dans l'ouvrage de son erreur, et il pouvait consulter la notre rédemption! Tu as envoyé ton liturgie de cette Eglise qu'il attaque, Fils au monde pour être la lumière et je dirai, avec cruauté ; il y aurait vu le salut du monde. ... Il s'est livré à partout le dogme de la rédemption la mort, lui juste pour nous injustes, exalté et béni. En voici quelques afin de sceller de son sang la vérité exemples : Liturgie de l'Eglise de Ge- qu'il avait enseignée, et son sang prénève, dernière édition de 1807, p. 14: cieux nous a obtenu la rémission de “Nous te bénessons de ce que tu nous nos péchés, nous a reconciliés avec as donné ton Fils pour faire l'œuvre toi, nous a ouvert un libre accès au de notre rédemption, &c.” P. 20 : trône de ta grâce, &c.” Est-ce là, je “Use envers nous de cette clémence le demande, le langage d'une Eglise dont la mort que Jésus-Christ a souf- qui dédaigne l'euvre de la rédempferte est un gage si précieux.” P. 34: tion? Et cependant je n'ai rien dit “Eclaire nos esprits afin que nous du service liturgique pour le jour de la puissions bien comprendre tout ce que passion, qui est un hymne de recontu as fait pour nous, quelle est la gran- noissance et de bénédiction pour cet deur de ton amour, quelle est la gran- inestimable bienfait. deur de notre rédemption, quelles sont Le rédacteur pouvait consulter le les richesses de l'héritage que tu nous catéchisme de l'Eglise de Genève, et destines, &c." P. 39 Seigneur il se serait convaincu de la légèreté Dieu, qui par un effet de ton infinie coupable de son inculpation. Ed. de miséricorde as envoyé ton Fils au 1802, p. 76 : monde, afin que quiconque croirait en D. Quelle est la doctrine de l'Ecrilui, ne périt point, mais qu'il eût la ture sainte sur l'efficace de la mort de vie éternelle, fais que... nous tâchions Jésus-Christ ? de répondre au but de sa venue, qui R. Nous y voyons que Dieu étant est de détruire en nous le péché et de disposé par son infinie miséricorde, à nous faire vivre dans la justice .. . que faire grâce aux hommes pécheurs et Pon voie en nous les mêmes senti- repentans, a voulu que la mort volonmens d'humilité, de charité, de dou- taire de Jésus-Christ abolît tous les ceur et de patience que ce divin Sau- anciens sacrifices, et fut regardée dans veur a fait paraître, lorsqu'il s'est tous les âges et par tous les hommes, abaissé lui même et qu'il s'est rendu comme l'unique sacrifice auquel il at. obéissant jusqu'à la mort de la croix.” tache sa grâce et le pardon des péchés. VOL. XVII.

F

D. Les prophètes avaient-ils an- Le premier, 1" volume de ses sera noncé la mort du Messie sous l'idée mons, Dieu manifesté par J.-Christ, d'un sacrifice ?

Pexprime ainsi, p. 152 “La justice R. Oui, Esaïe avait dit: Il a été arme son bras vengeur, la miséricorde návré pour nos forfaits, froissé pour en suspend les coups : comment faire nos iniquités, c'est par ses meurtris- éclater sa miséricorde, sans blesser sures que nous avons été guéris, il a ici la justice ? Mais, Chrétiens, la mis son ame en oblation pour le sagesse du Créateur dans ses trésors péché.

inépuisables va trouver ce moyen. Il D. Rapportez quelques endroits du revêt son Fils unique, son Fils brulant N. T. où il est parlé de la mort de comme lui de charité, il le revêt d'une J.-Christ comme d'un sacrifice ? chair infirme et mortelle. Il sera livré

R. Tous ceux qui croient, dit S. à la mort par ceux même qu'il vient Paul, sont justifiés gratuitement par sanyer mais par cette mort, le crime in effet de la miséricorde de Dieu, est puni, la justice appaisée, le couqui nous a rachetés par Jésus-Christ, pable échappe, la charité triomphe. qu'il avait destiné à être par le moyen Mystère adorable d’un Dien qui se de la foi, une victime d'expiation. plait à répandre la félicité! Voilà ce Nous avons la rédemption de son sang, que lui même a daigné nous découvrir, savoir la rémission de nos péchés sui- tout le reste est impénétrable ; c'est yant les richesses de la grâce de Dieu. un abime dans lequel il n'appartient Jésus-Christ est la vietiine, qui a expié pas même aux anges de sonder jul. nos péchés, non seulement les nôtres, qu'au fond. Contentons-nous đen mais aussi ceux de tout le monde. admirer la grandeur, d'en respecter

D. Comment est-ce que J.-Christ les ténèbres et de nous écrier: O proparle lui même de sa mort?

fondeurs des trésors de la sagesse et R. Le fils de l'homme est venu de la connoissance de Dieu ! Que ses donner sa vie pour la rançon de plu- jugemens sont impénétrables et ses sieurs, Mon sang, le sang de la voies difficiles à sonder !" pouvelle alliance, sera répandu pour Voici quelques traits des sentimens la rémission des péchés.

de M. Le Cointe dans son sermon D. Quel avantage nous revient-il de

clief et consummateur de la la mort de J.-Christ envisagée comme foi, pp. 194, 195:sacrifice ?

"Le dévouement volontaire, la mort R. C'est que tous les pécheurs ignoninieuse de Jésus-Christ n'a pas vraiment repentaus et qui croient en été un bienfait borné à une famille, J.-Christ, sont par là pleinement as- à un peuple, à un siècle particulier, surés de la rémission de leurs péchés elle assure la rémission des péchés à et de leur paix avec Dieu. Il n'y a tous les hommes ; elle assure le parmaintenant aucune condamnation pour don pour toutes les fautes, il n'en est ceux qui sont en Jésus-Christ, qui aucune que son sacrifice n'efface.... ne marchent plus selon la chair, mais La terre étoit frappée de malédiction ; selon l'Esprit.-Je ne cite pas plu- et par lui les voies de bénédictions sieurs autres endroits dans lesquels la descendent. L'homme était exclus même doctrine est professée. Est- du ciel et de la félicité et son saerifice ce là le langage d'une Eglise qui ouvre les portes du ciel et de la félidédaigne, et veut par conséquent faire cité... . De quel prix serait pour nous dédaigner aux enfans qu'elle instruit, la vie, si après avoir été traversée par l'euvre de la rédemption ?

les afflictions du tems, elle devait être Je passe sous silence beaucoup de malheureuse dans l' Eternité ? Ah témoignages pour éviter trop de red- Voilà le triomphe de la charité de ites, mais le rédacteur aurait pu voir Jésus! nos péchés qui devaient armer comment les prédicateurs de l'Eglise sa vengeance, n'ont fait qu'intéresser de Genève, dont les sermons ont été sa miséricorde et son amour, il a dé. le plus récemment imprimés-M. M. livré les captifs de leurs chains, il a Mouchon et Jean Le Cointe parlent de annoncé la paix à ceux qui étaient l'æuvre de la rédemption, et il aurait loin, comme à ceux qui étaient près, appris ce qu'il ignore; car son igno- il a expié nos péchés et ceux de tout rance est la seule supposition que la le monde. O charité ! ineffable chacharité permette de recevoir.

rité de mon divin Sauveur, quel esprit

sur Jé

« AnteriorContinuar »