Dictionnaire des sciences naturelles: dans lequel on traite méthodiquement des différens ètres de la nature, considérés soit en eux-mêmes, d'apres l'et́at actuel de nos connoissances, soit relativement à l'utilité qu'en peuvent retirer la médecine, l'agriculture, le commerce et les arts. Suivi d'une biogrophie des plus célèbres naturalistes ...

Portada
F. G. Levrault, 1826
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 258 - ... méthodique sur la théorie de la pétrification en général , que présenter le résumé des observations nombreuses qu'il a eu occasion de faire sur les objets qui l'ont le plus frappé. M. Defrance établit , pour le classement des genres des corps organisés fossiles , trois grandes coupes de terrains ; savoir : Les terrains antérieurs à la craie , ceux de la craie, et ceux qui sont postérieurs à la formation de cette substance. Ce naturaliste examine avec détails l'état des terrains...
Página 74 - Le haut du dos, les scapulaires, les couvertures supérieures des ailes, sont d'un vtTl foncé ; les pennes alaires et caudales d'un vert plus clair, et les dernières terminées par une grande tache jaune ; on remarque quelques plumes rouges au bord extérieur de l'aile ; le bas du dos et le croupion sont d'un bleu de ciel ; le bec est rouge en dessus ; les pieds sont gris. Longueur totale : 14 pouces environ (Diction., VOl.
Página 323 - Miss. pisc. 3 , p. 29 , n° i ^ tab. i, fig. 3, épais et en croissant, et sur le derrière un os alongé, placé en travers, et garni de sept petites pointes; plus loin encore des bords extérieurs de la bouche , on peut remarquer un second os découpé en sept pointes ; et enfin à une plus grande profondeur se trouve une dent ou pièce cartilagineuse. De plus, la seconde nageoire du dos touche .celle de la queue , se confond avec...
Página 324 - ... partie de l'animal dans laquelle les branchies sont situées, plus grosse que le corps proprement dit; les nageoires du dos très-basses ; celle de la queue, lancéolée; la couleur générale, d'un rouge de sang, ou d'un rouge de brique.
Página 274 - Au-dessus de toutes les couches , soit marines ou d'eau douce , qui paroissent avoir été déposées dans des eaux plus ou moins tranquilles, on en trouve une autre qui se présente aux environs de Paris dans les bassins de la Seine, de la Marne, de l'Oise, de la Loire, et sans doute de beaucoup d'autres fleuves et rivières, et dans laquelle on rencontre des débris de toutes les autres couches mêlés avec des ossemens de mammifères terrestres et de cétacés. Cette couche, qui se montre immédiatement...
Página 101 - Il ne faut aux cailletaux que quatre mois pour prendre leur accroissement et se trouver en état de suivre leurs pères et mères dans leurs voyages. La femelle diffère du mâle en ce qu'elle est un peu plus grosse, selon Aldrovande...
Página 321 - La manière la plus ordinaire d'appi êler ces poissons consisloit à les faire mourir dans du vin de Candie , à leur mettre une muscade dans la bouche , et un clou de girofle dans chacune des ouvertures des ouïes ou des canaux respiratoires, à les rouler sur elles-mêmes dans une casserolle ; et après y avoir ajouté des amandes pilées, de la mie de pain, du vin de Candie et des épices, à les faire cuire à petit feu. Aujourd'hui on accommode les lamproies d'une manière plus simple et en...
Página 151 - Loire qui pèsent jusqu'à quinze kilogrammes (trente livres environ). il se plaît dans le voisinage des fleuves et des grandes rivières; mais il ne s'engage que rarement dans leur lit. Il a la chair très-délicate; et par conséquent il doit être très-recherché. Les anciens romains le...
Página 257 - ... lignes de largeur; et, ce qui est trèsremarquable , c'est qu'une de ces veines traverse dans leur diamètre quelques cloisons dont les parties écartées ne répondent plus les unes devant les autres, comme avant l'écartement. Ce fait sembleroit prouver que le corps marin, rempli de pâte, auroit été fendu depuis sa pétrification ; et que le spath calcaire seroit venu depuis se cristalliser dans la fente-, mais, d'un autre côté , on ne peut concevoir, d'après ce que nous voyons de nos...
Página 152 - ... notre collègue. Ce thoracin parvient à la longueur de trois décimètres (onze pouces); il se plaît au milieu des coraux et des madrépores qui bordent les rivages de la Nouvelle-Bretagne. Le goût de sa chair est très-agréable. Toutes ses nageoires sont d'un jaune mêlé de rouge. Des sillons et des stries relevées font paroître sa tête comme ciselée. La lèvre supérieure est extensible. Des dents petites, serrées et semblables à celles d'une lime, garnissent les deux mâchoires.